Who’s the boss in Twickenham ? Sir Jonny Wilkinson !!!

L’ASM est venue à bout hier des irlandais du Munster, une équipe certes coriace, mais limitée au jeu au pied d’O’Gara. Une équipe française est déjà en finale de la coupe d’Europe, Toulon va-t-il rejoindre l’ASM pour un nouveau duel franco français sur le toit de l’Europe ?

Saracens contre Toulon à Twickenham, le résumé:

concentration buteur Jonny Wilkinson

Jonny Wilkinson, the boss of Twickenham

0° c’est parti !!! Owen Farrell

1° Danie Roussouw offre d’entrée de jeu une occasion à Nigel Owens de marquer sur un plaquage au cou sur le pilier Mako Vunipola. L’ouvreur anglais ouvre le score: Saracens 3, Toulon 0

4° Sur le pelouse qu’il foule probablement pour la dernière fois, Jonny Wilkinson réplique immédiatement des 22 mètres en coin dans un silence de cathédrale. 3-3 Respect du public anglais

8° les Sarries essaient d’impressionner les toulonnais, mais les varois jouent une pénalité à la main et lancent un bon mouvement qui échoue à un mètre de la ligne d’essai, Jonny Wilkinson perdant le ballon sur plaquage.

13° mais le même Wilko, encore plus en coin, donne l’avantage aux siens: 6 à 3 pour Toulon

15° magnifique action d eToulon !!! Jonny Wilkinson est pris mais avance, Tillous Bordes ouvre sur Matt Giteau qui redonne intérieur à Alexis Palisson lancé qui troue la défense sur 20 mètres, et joue au pied par dessus pour l’ailier Rudi Wulff. Son coup de pied est trop long de deux petits mètres, sinon c’était l’essai. Toulon est bien entré dans le match et joue en confiance

18° toujours dans un silence impressionnant, Jonny Wilkinson ajoute trois points sur pénalité: 9 à 3
fin du match pub en dessous

21° Owen Farrell réduit l’écart au score sur pénalité (9 à 6), et à présent les supporters toulonnnais font eux aussi silence. C’est beau l’esprit rugby

23° et c’est au tour de Wilinson d’ajouter une nouvelle pénalité au compteur toulonnais, 12 à 6

24 °Il y a beaucoup de pénalités de part et d’autre, trop peut-être au goût de l’arbitre qui appelle les deux capitaines pour leur expliquer un point du règlement

28° le match s’emballe, les Saracens se ruent à l’attaque, mais Delon Armitage arrache debout un ô combien précieux ballon d’un regroupement, puis sauve la patrie toulonnaise en aplatissant le premier un ballon chaud bouillant

32° Matthieu Bastareaud plaqué par Richard Wigglesworth conserve le ballon au sol, Owen Farrell permet aux rouge et noir du jour de revenir à 3 points des blancs: 12 à 9

35° tortue béglaise des avants de Saracens

39° encore une pénalité contre les toulonnais et Owen Farrell connaît son premier échec. Nous on connaît le discours de Bernard Laporte à la mi-temps: « pas de fautes, pas de fautes, pas de fautes !!! »

La mi-temps qui justement arrive. Énormément de pénalités en première mi-temps donc, mais ce n’est pas pour autant que le jeu est fermé. Le match est ouvert et de haut niveau, simplement les deux équipes ne font pas n’importe quoi. Comme lors du match ASM Munster d’hier, nous voyons aujourd’hui une opposition de style franco anglais, avec une équipe française qui semble potentiellement supérieure balle en main, mais une équipe anglaise capable de se montrer dangereuse sur un coup de pied derrière la défense. Attention pour Toulon de bien couvrir ses arrières, et aux varois d’insister avec ses deux centres Matt Giteau et Matthieu Bastareaud, bien lancés par un Jonny Wilkinson des grands jours aujourd’hui.

Seconde mi-temps du match de Hcup Saracens vs Toulon

40° c’est reparti à Twickenham !

43° drop de Wilko qui passe nettement à côté. C’était seulement un brouillon

45° excellent mêlée toulonnaise qui fait tourner puis plier sa rivale. L’inévitable Jonny Wilkinson passe la pénalité qui donne 6 points d’avantage aux toulonnais qui construisent avec application leur victoire; 15 à 9

49° aie !!! Comme en première mi-temps, Danie Roussouw plaque une nouvelle fois au cou sur le pilier Mako Vunipola. Cette fois l’arbitre agite la biscotte et la flanker toulonnais sort dix minutes, ce qui a le don de réveiller le public de Twickenham. Attention ! Pénalité de Owen Farrell, 12 à 15

50° et les Saracens accélèrent franchement le jeu justement par l’intermédiaire du pilier Mako Vunipola

52° le RCT réduit à 14, c’est Matthieu Bastareaud qui joue troisième ligne aile. Du coup on récupère une pénalité sur une mêlée défensive

55° minute: des 55 mètres, Jonny Wilkinson la sent, la tente, et la passe !!! 18 à 12 pour Toulon. L’entraîneur des Saracens Mark McCall se prend la tête, il commence à se dire qu’avec ce Wilkinson là, ça va être compliqué de gagner aujourd’hui

60° Énorme bourde de la touche toulonnaise sur apparemment une mauvaise communication. Aucun joueur ne regarde Jean-Charles Orioli qui lance, ou plutôt introduit la touche puisque le ballon tombe dans les pieds des joueurs. Un joueur anglais s’en saisit pendant que Bernard Laporte s’arrache les cheveux !!! La touche était à 5 mètres de l’en-but toulonnais !!!

68° superbe réception d’up and under de Rudi Wulff, dommage qu’il escampe la gonfle ensuite, s’il avait pu transmettre à Matthieu Bastareaud (peut être au pied à ras de terre), c’était l’essai

73° je vous l’avait dit: le drop de la 43° de Wilko n’était qu’un brouillon. Le chef d’œuvre de l’ouvreur toulonnais surprend tout le monte. Jonny dégaine et ajuste un drop pas évident du tout au milieu des défenseurs qui le pressent. Ce drop éclair est lourd de conséquences pour Saracens au tableau d’affichage: 21 à 12

75° et Wilko rajoute trois nouveaux points dans la musette des sarries désabusés: 24 à 12, la cabane est tombée sur le cochon dans le maïs des Saracens !!!

Et c’est fini !!! Toulon bat les Saracens sur le score de 24 à 12 et rejoint l’ASM pour une inédite finale Franco française en coupe d’Europe de rugby !!! Dans le son temple du rugby, Jonny Wilkinson signe une prestation majuscule pour valider le bon travail de ses équipiers qui ont patiemment construit une belle victoire. Il y a eu du jeu même si il n’y a pas d’essais à se mettre sous la dent dans ce match cadenassé grâce (ou à cause c’est selon) à deux équipes très fortes en défense. Il y a eu énormément de plaquages de qualité des deux côtés, ceci expliquant que le score n’ait seulement évolué par des pénalités et un drop de Wilko. Toulon écrit une page européenne à son palmarès et rejoint l’autre monstre de cette compétition dominée cette année par les clubs français: Clermont.

À bientôt donc ici même pour commenter en live cette finale ASM RCT qui devrait valoir son pesant de cacahuètes 😉

La composition du RCT :

1 Andrew Sheridan, 2 Sébastien Bruno, 3 Carl Hayman

4 Bakkies Botha, 5 Nick kennedy

6 Danie Roussouw, 8 Chris Masoe, 7 Juan Martin Fernandez Lobbe

9 Sébastien Tilous Bordes, 10 Jonny Wilkinson

12 Matt Giteau, 13 Matthieu Bastareaud

11 Alexis Palisson, 14 Rudi Wulf

15 Delon Armitage

Les remplaçants : 16.Jean-Charles Orioli, 17.Gethin Jenkins, 18.Davit Kubriashvili, 19.Joe Van Niekerk, 20.Steffon Armitage, 21.Maxime Mermoz, 22, .Nicolas Durand, 23.Jocelino Suta.

La compo des Saracens, le XV de départ:

1. Mako Vunipola, 2. Schalk Brits, 3. Matt Stevens

4. Steve Borthwick (cap), 5. Alistair Hargreaves

6. Jackson Wray, 8. Ernst Joubert. 7. Kelly Brown

9. Richard Wigglesworth, 10. Owen Farrell

12. Brad Barritt, 13. Joel Tomkins

11. David Strettle, 14. Chris Ashton

15. Alex Goode

Remplaçants : 16. John Smit, 17. Rhys Gill, 18. Carlos Nieto, 19. Mouritz Botha, 20. George Kruis, 21. Neil de Kock, 22. Charlie Hodgson, 23. Chris Wyles.

Laurent Delmas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Question anti SPAM * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.