Résumé du match Italie France du tournoi 2013

Week-end à Rome, tous les deux sans Pearson…

Bouche de supportrice du XV de France

« Week-end à Rome, tous les deux sans Pearson », chante Étienne Daho. Florence, Milan, y aura pas le temps, le XV de France n’est pas en Italie en touriste, c’est plutôt un duel au soleil qui nous attend, et encore, s’il ne pleut pas !!! Allons z’enfants de la patrie, sablez le pont et fermez les écoutilles, tout le monde sur le pont pour le tournoi des 6 nations 2013, voici Italie France !!!

Le tournoi vient à peine de commencer et nous voilà déjà sous pression. Les diables rouges, verts d’avoir perdu contre les irlandais vont vouloir se racheter dès leur prochain match. Ne cherchez pas, c’est sur notre pomme que ça va tomber: la réception du Pays de Galles au Stade de France le 9 février s’annonce d’ores et déjà sous haute tension, pour cette raison il faut absolument gagner aujourd’hui et engranger un maximum de points face aux italiens.

Si vous avez cassé votre télé ou si belle maman vous a tenu la grappe au téléphone pendant le match Italie France, voici la séance de rattrapage: le tour du match en 80 minutes, le résumé incomplet mais pas piqué des vers d’Italie France 2013:

Résumé du match de rugby Italie France 2013

0° Coup d’envoi du match Italie France, Michalak envoie directement en touche. Va-t-on voir une générale sur le première mêlée ? Non, c’était involontaire de la part du toulonnais.

4° Longue séquence de jeu à une passe de la part des italiens qui monopolisent le ballon plus de 3 minutes. On finit par récupérer et contre attaquer par un jeu au pied long de Michalak. Benjamin Fall et Yoann Huget montent vite, trop vite et se trouent, Venditti leur met un vent d’un crochet facile, Orquera fait le trou et Parisse ponctue l’excellente entame des italiens par un bel essai transformé !!! 7 à 0 pour l’Italie, et hop, Parisse la monnaie !!!

11° La réponse du berger à la bergère, Louis Picamoles marque tout en puissance malgré le plaquage de Parisse et de Minto !!! A près une série de pick and go du pack tricolore, Fred Michalak éjecte à gauche, puis à droite, et à nouveau à gauche pour une sautée sur le toulousain, inarrétable à 10 m de l’en-but. Oups, Michalak rate le transformation facile, la France revient à 7 à 5

14° drop d’Orquera 10 à 5 pour les romains

15° Et 13 à 5 après une pénalité d’Orquera, les italiens tiennent la dragée haute aux français. C’est la disette en ce qui concerne les ballons pour le XV de France. Il faut absolument mettre la main sur la gonfle sinon on va passer l’après-midi à regarder jouer les italiens.

25° Les bleus n’arrivent pas à mettre pour l’instant les italiens sous pression, malgré les bonnes charges des avants français et l’excellente animation du jeu de Frédéric Michalak, impeccable balle en main.

26° Coup d’accélérateur de l’équipe de France, Yoann Huget est catapulté dans l’en-but par tout le pack tricolore prompt au soutien. L’arbitre demande l’avis des hauts à tout hasard, mais sous ce magma humain, impossible de voir si Huget  a pu aplatir. Du coup, intéressante mêlée à cinq, après plusieurs temps de jeu face à une défense italienne toujours hermétique la France obtient une pénalité convertie par Frédéric Michalak: 13 à 8, les bleus vont mieux.

 33° Sur un ballon perdu par les italiens, les trois-quarts français lancent l’attaque. Des soutiens, de la vitesse et du timing, Fofana, Huget et Fall se trouvent et Benjamin marque un magnifique essai de trois-quarts made in France !!! Michalak ajoute sur transformation les deux point qui permettent aux bleus de dépasser les italiens pour la première fois du match !!! 15 à 13

37° Juste avant la mi-temps les français manquent le break. Wesley Fofana fait le trou, temporise et donne à Fulgence Ouedraogo qui n’arrive pas à attraper le ballon, sans doute en bout de piste. Dommage que le clermontois n’ai pas pensé à jouer pour lui seul un coup de pied par dessus.

Mi-temps du match Italie France. Excellente première mi-temps des italiens appliqués qui jouent juste et ont souvent monopolisé la ballon. Les transalpins ont pris les points que les français ont bien voulu leur donner, sur une erreur défensive de Fall et Huget qui montent trop vite après une chandelle de Michalak, Parisse marque le premier essai de la partie. La France, en mode diesel, semble avoir pris le temps de prendre ses marques avant d’accélérer progressivement et coiffer de deux cheveux les italiens 15 à 13, grâce notamment à un essai de Louis Picamoles. En seconde période, l’équation est simple: si on regarde jouer les blancs, on va perdre, mais si on prend les choses en main et que l’on se met à produire notre rugby, on va gagner.
[pullquote align= »left|center|right » textalign= »left|center|right » width= »30% »]Suivez rugby à XV de France sur Facebook 😉[/pullquote]

40° C’est reparti au Stadio Olimpico de Rome, coup d’envoi d’Orquera

42° les bleus ne veulent pas répéter la première mi-temps et mettent la main sur le ballon. Mais la défense des ritals est très musclée. Celle des français est pas mal non plus, il fait pas bon être porteur du ballon en ce début de deuxième mi-temps. Les deux équipes se craignent et cadenassent le match.

47° excellente percée plein champ d’un Picamoles moitié tracteur, moitié avion. Il tente une passe impossible avec rebond pour Fulgence Ouedraogo une nouvelle fois au soutien. Mêlée italienne, mais le poids des années fait courber l’échine de Lo Cicero qui s’écroule et offre à l’ami Chalak l’occasion se scorer: 18 à 13 pour les tricolores, la victoire prend forme.

52° Le talonneur Ghiraldin donne un coup d’épaule vraiment inutile sur Fred Michalak qui manque l’occasion de corser l’addition.

53° Philippe Saint André procède à une déforestation. Le pilier castrais sort, entrée de Debaty et de Kayser.

56° A près deux minutes de folie, essai italien !!! Machenaud fait le trou et fait une superbe percée qui avorte dans les 22 mètres italiens. Les italiens récupèrent l’en avant, Parisse navigue dans la défense française qui tangue, et finalement Castrogiovanni marque un essai. Les italiens prennent la tête du match 20 à 18 après la transformation. Attention !!!

61° Les français jouent les uns après les autres, l’équipe manque un peu de cohésion. Le moment de faire rentrer du sang neuf ? Il suffisait de le dire, entrée de Morgan Parra et Mathieu Bastareaud ckett.

66° La mêlée italienne commence à souffrir et Philippe Saint André cherche à enfoncer la clou en faisant rentrer Luc Ducalcon.

68° magnifique drop de Burton des 40 mètres 23 à 18 mérité pour l’Italie qui joue aujourd’hui un excellent rugby. Ça commence à sentir les pets de Damoclès pour l’équipe de France…

71° la mêlée italienne est (enfin) pénalisée et on entre dans les 22 italiens. mais on rend une nouvelle fois le ballon aux italiens qui décidément sont devenus redoutables sur contre attaque.

77° La révolte des français: les bleus se battent comme des chiffonniers et multiplient les charges par l’intermédiaire de Thierry Dusautoir et de Vincent Debaty. Les bleus obtiennent une pénalité à 15 mètres de l’en-but assortie d’un carton jaune pour les italiens. Cette fin du match est tragique, les bleus sont contraints de demander la mêlée !!!

« Tant qu’on ne perd pas, on est en route pour la grand chelem« . L’adage n’aura pas fait long feu. La France n’ a pas su se sortir du piège romain et s’incline 23 à 18 face à de très bons italiens, qui sont désormais passés maîtres dans l’art de la conservation de la balle et la contre attaque. Que dire de plus à part féliciter les protégés du sorcier Jacques Brunel qui récolte là les fruits de son excellent travail avec l’équipe d’Italie. Perdre le premier match du tournoi est une sacrée contre performance pour l’équipe de France de rugby, qui, si elle possède des joueurs de très haut niveau individuellement, a aujourd’hui manqué de cohésion et peut-être de pugnacité. Le prochain rendez-vous du tournoi verra le 9 février au Stade de France l’affrontement entre deux grands favoris du tournoi, vexés et humiliés par leur défaite d’entrée de jeu dans cette compétition: la France et la Pays de Galles

Laurent Delmas, envoyeur spécial de Rugby à XV de France.

Composition du XV de France:

Yannick Forestier (1), Dimitri Szarzewski (2), Nicolas Mas (3), Pascal Papé (4, capitaine), Yoann Maestri (5), Fulgence Ouedraogo (6), Thierry Dusautoir (7), Louis Picamoles (8), Maxime Machenaud (9), Frédéric Michalak (10), Benjamin Fall (11), Maxime Mermoz (12), Florian Fritz (13), Wesley Fofana (14), Yoann Huget (15)
Remplaçants : Benjamin Kayser (16), Vincent Debaty (17), Luc Ducalcon (18), Romain Taofifenua (19), Damien Chouly (20), Morgan Parra (21), François Trinh Duc (22), Mathieu Bastareaud (23).
Entraîneurs: Philippe Saint André, Patrice Lagisquet, Yannick Bru.

Composition de l’équipe de rugby de l’Italie:

Lo Cicero (1), Ghiraldin (2), Castrogiovanni (3), Geldenhuys (4), Minto (5), Zanni (6), Favaro (7), Parisse (8, capitaine), Botes (9), Orquera (10), McLean (11), Sgarbi (12), Benvenuti (13), Venditti (14), Masi (15).

Remplaçants: Giazzon, De Marchi, Cittadini, Pavanello, Derbyshire, Gori, Burton, Canale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Question anti SPAM * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.