Les français dominent 30 minutes, les irlandais usent pendant 80 minutes.

Après l’honorable défaite face à l’Angleterre 19 à 16, et la sobre victoire 22 à 16 face à l’Écosse, voici le XV de France en mission périlleuse chez la rugueuse équipe d’Irlande pour son troisième match du tournoi des 6 Nations 2017. L’Équipe d’Écosse vient de surprendre le Pays de Galles avec une victoire 29 à 13, et du coup elle vient de donner de l’éclat à la victoire des bleus en confirmant le haut très niveau des hommes de Vern Cotter cette année.

On s’attend à un gros défi physique aujourd’hui à l’Aviva Stadium, voici la composition de l’équipe de France

1 Baille – 2 Guirado (c) – 3 Slimani – 4 Vahaamahina – 5 Maestri – 6 Le Roux – 8 Picamoles – 7 Gourdon – 9 Serin – 10 Lopez – 11 Nakaitaci – 12 Fickou – 13 Lamerat – 14 Huget – 15 Spedding

 

Guy Novès: « Le XV de France sera une équipe ambitieuse. »

L’Irlande a gagné le toss et a décidé de laisser l’engagement aux français. Après quelques minutes d’un jeu très physique de part et d’autre, avec de rugueuses interventions de Picamoles, Lamerat, Fickou et Leroux, c’est Serin qui allume le match d’une feinte de passe magistrale. Il traverse le premier rideau et provoque une faute au sol d’un irlandais, ce qui donne à Camille Lopez l’occasion d’ouvrir le score.

Nantie de cet avantage, l’équipe de France prend alors le match en main et après un ballon de récupération Scott Speeding vise le drapeau de corner d’une longue diagonale, obligeant l’ailier gauche irlandais à concéder une mêlée à 5 mètres introduction pour la France. Une aubaine pour le huit du XV de France qui se sent fort dans ce domaine, et qui en redemande puisqu’il choisit une nouvelle mêlée suite à une pénalité consécutive à la première mêlée. On ouvre grand côté, Lopez passe au pied à Huget qui remet intérieur, Fickou ramasse un ballon contesté par la défense et sert Rémi Lamerat qui met les gaz, déborde et marque un essai. Las, la vidéo révèle un léger en avant de Fickou, et Rémi Lamerat se voit pour la seconde fois refuser un essai dans le tournoi 2017. Dur pour le trois quart centre de l’ASM Auvergne !!!

Mais les efforts des français sont tout de même récompensés par trois points puisqu’il y avait un avantage en cours: 6 à 0 à la 20° minute

Les irlandais à domicile doivent réagir, et ils le font après une percée de Sexton pousuivie par une chandelle qui oblige la défense française à aplatir dans son camp. Suite à la mêlée le neuf vert franchit en deux temps la ligne d’essai et permet à l’Irlande de prendre l’avantage à la 30° minute puisque la transformation n’est qu’une formalité 7 à 6

Et les verts insistent, et surprennent en jouant à la main une pénalité largement dans les cordes de Sexton. Les irandais font en cette fin de première mi-temps le siège de la ligne d’en-but française et semblent déterminés à nous planter un essai avant les citrons, jouant toutes les pénalités à la main ou en pénaltouche. Les français en apnée résistent collectivement à la marée verte.

Le score du match Irlande vs France est de 7 à 6 à la mi-temps

C’est donc la mi-temps qui a finalement cassé la bonne dynamique des irlandais, qui après avoir été dominés par les français pendant 30 minutes, ont cherché à faire craquer physiquement les français en fin de première mi-temps. Alors qu’ils auraient pu facilement mener 10 à 6 avec plusieurs pénalités à leur actif, les irlandais ont préféré chercher à marquer un essai pour enfoncer le clou dans leur antre de l’Aviva Stadium. Un péché d’orgueil qu’ils pourraient bien regretter en fin de match, si le XV de France continue à scorer sur ses temps forts et à offrir une défense aussi solidaire.

Deuxième mi-temps:

La stratégie de l’Irlande est claire: faire craquer physiquement les français en fin de match, d’autant plus que la pluie, allié séculaire des irlandais, s’invite au débat. L’Irlande occupe le camp français et Sexton convertit sans problème une pénalité consécutive à un écran de Serin sur Picamoles: 10 à 7 pour l’Irlande.

Désormais menés de 4 points, les bleus ont devoir de réagir, ils multiplient les temps de jeu et les contacts mais ils n’avancent guère, et les irlandais investissent à nouveau le terrain tricolore au pied. Et à la 49°, profitant d’un avantage en cours, Sexton claque un drop des 40, et il passe !!! 13 à 6 pour l’Irlande.

Plus le temps passe, plus le jeu au pied irlandais est juste, et plus les français sont pénalisés. À la 54° Sexton corse l’addition: 16 à 6

56 Somptueuse action irlandaise le long de la ligne de touche: les joueurs sont lancés, se trouvent, le ballon circule rapidement et les verts avancent inexorablement. Le XV de France est au bord de la rupture, et on voit mal à présent le match échapper aux griffes des irlandais… à moins qu’une relance rageuse de Scott Speeding ne sonne la charge de la cavalerie française !!! Les bleus ont du caractère et répondant présent en avançant une soixantaine de mètres.

60° Guy Novès fait entrer Tolofua et Maxime Machenaud. Option tactique ?

Interminable séquence française, énorme débauche d’énergie, de courses, de soutiens, de passes à la limite du jouable, mais sans jamais prendre le dessus sur la ligne Maginot irlandaise. La ligne d’essai irlandaise paraît  être à des kilomètres !!!

L’acharnement des français finit par payer, des 22 mètres Camille Lopez convertit une pénalité amplement méritée au vu des efforts fournis par les bleus depuis un quart d’heure. On revient à 16 à 9, mais il ne reste plus que 7 minutes pour créer l’exploit.

La dernière pénalité irlandaise portant le score final à 19 à 6 est anecdotique, malgré une débauche d’énergie gigantesque, le XV de France s’incline à nouveau en terres irlandaises. Allez, on ne va pas se laisser abattre, allons boire ensemble une bonne Guiness 😉

 

Les français dominent 30 minutes, les irlandais usent pendant 80 minutes.

Dans leur antre de l’Aviva Stadium les irlandais, pénibles à souhaits, ont étouffé sous la pluie le XV de France à l’usure, score final 19 à 9. Malgré une entame de match des bleus réaliste récompensée par un 6 à zéro à la 30° minute, le XV de France a ensuite été neutralisé par la défense irlandaise, et territorialement dominé par le jeu au pied millimétré de Sexton. Un scénario hélas classique contre l’Irlande, qui reste maître chez elle.

 

Laurent Delmas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Question anti SPAM * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.