Les vieux du stade

tir au but d eJonny Wilkinson

Jonny Wilkinson n’a pu mettre le Stade Toulousain à sa botte

La porte reste ouverte à la succession de Daniel Herrero Jean-Claude Ballatore

Petite rectification post publication, Daniel Herrero n’est pas le dernier entraîneur toulonnais à avoir soulevé le bouclier de Brennus, il s’agit de Jean-Claude Ballatore qui en battant le Biarritz Olympique en 1992 a remporté le championnat de France de rugby sous les couleurs du RCT. Toulouse a gagné face à Toulon 18 à 12, mais les premiers mots vont vers l’équipe perdante et les supporters de Toulon. On est triste pour eux parce que cela fait vingt ans qu’ils attendent le bouclier de Brennus sur la rade. Ce n’est pas cette année que Bernard Laporte succèdera à Daniel Herrero, le docteur ès transcendance de Toulon. Mais que les toulonnais se consolent, ils ont redoré leur blason, retrouvé un standing de prétendant au titre, et il y a fort à parier qu’ils n’auront pas à nouveau à attendre vingt ans avant d’avoir une nouvelle occasion de toucher du bois. Le règne de Toulouse sur la France du rugby continue donc avec son 19° sacre. C’est exceptionnel, unique et ça force le respect. Bravo au Stade Toulousain et à Guy Novès, le Guy brun du rugby qui va bientôt être comparé au Guy Roux du foot, tant il impressionne en régularité et longévité.

Meilleurs vieux du Stade de France

Comme les bons vins les rugbymen se bonifient-ils avec l’âge ? C’est à une finale de vieux à laquelle nous avons assisté au Stade de France. Attention, au vu de la prestation de William Servat et de Jonny Wilkinson, pour ne citer qu’eux, le terme « finale de vieux » n’a rien de péjoratif, c’est à l’âge des rugbymen auquel je me réfère. Seulement cinq joueurs âgés de moins de 25 ans ont été alignés sur le pré dans les XV de départ: Yann David, Jean-Marc Doussain et Yoann Maestri côté Stade Toulousain, et Alexis Palisson et Mathieu Bastareaud dans les rangs du rugby club toulonnais. Mais surtout plus de la moitié des joueurs étaient trentenaires hier soir au Stade de France (9 à Toulouse, 7 à Toulon). Le XV de départ toulonnais totalisait 437 printemps, soit une moyenne de 29 ans et 1 mois, tandis que l’équipe de Toulouse pesait 430 ans, soit 28 ans et 8 mois. Alors certes, l’équipe « la plus jeune » l’a emporté, mais nul doute que certains spectateurs auraient aimé un peu plus de dynamisme, de culot, de spontanéité voire plus de naïveté sur le terrain. Si les supporters de Toulon et de Toulouse ont vécu une finale intense jusqu’au delà de la sirène du Stade de France, les amateurs de (du) rugby de Clermont, Castres ou Montpellier ont carrément dû s’ennuyer.

Alors quoi, faut-il jeter la pierre aux entraîneurs pour sélectionner des coffres à ballon sur pattes et délaisser le rugby offensif pour le gagne terrain et les mêlées moissonneuses de pénalités ? Guy Novès et Bernard Laporte, qui sont loin d’être des premiers venus, proposent un rugby efficace, le rugby qui gagne. Le spectacle, c’est bien, mais c’est seulement la cerise sur le gâteau, l’important est d’avoir sa part. Ils ont privilégié l’expérience dans la composition de leurs équipes. C’est efficace, mais le rugby de vieux, c’est un rugby de roublards, de ceux qui connaissent les ficelles pour empêcher le jeu adverse et qui ne se livrent pas. C’est aussi un rugby plus lent et prévisible qui tend vers le bras de fer, et où les espaces sont plus limités. Ces dernières années, les défenses ont considérablement progressé, prenant le dessus sur le jeu d’attaque. Les joueurs sont plus denses physiquement, ils couvrent plus de terrain et l’analyse vidéo rend les attaques plus prévisibles et réduit les erreurs de placement. Ne cherchez pas d’espace, il n’y en a plus, dans la mesure ou dans le même temps les terrains ne se sont pas élargis. Les ailiers, espèce en voie d’extinction, n’ont plus que quelques centimètres de couloir pour s’exprimer, avec généralement trois défenseurs sur le râble à gérer.

 

Espérons que le jeu d’attaque reviendra bientôt au goût du jour. Les règlements sont faits pour évoluer, le bonus défensif a par exemple animé le top 14 (mais il disparaît en phases finales). Pour les techniciens

Toulouse reçoit le bouclier de Brennus

19° bouclier de Brennus du Stade Toulousain

du rugby, il y a aussi des pistes à explorer, comme le jeu au pied court, à ras de terre ou par-dessus, trop peu utilisé à mon sens. Le seul coup de pied rasant de la partie, délivré par Luke Mac Alister à mis le feu dans la défense de Toulon. Une lueur d’espoir ?

à chacun son rugby, Hiboulot rugby

[pullquote align= »left|center|right » textalign= »left|center|right » width= »30% »]Rejoignez les fans de Rugby à XV de France sur Facebook: https://www.facebook.com/rugbyman.France[/pullquote]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Question anti SPAM * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.